Mangegarri.png

Le site de la décharge

 

Localisation = Sur la commune de Bouc Bel Air

Surface totale du site = 50 ha

Topographie = Deux vallons entiers ont été comblés

 

Hauteur des dépôts = Elle atteint au maximum 46 mètres environ

Dépôt annuel = 300.000 tonnes/an soit près de 100 tonnes/jour en moyenne

Stockage actuel = Estimé à 3.000.000 m3

Capacité réglementaire = 2.600.000 m3 (environ 5.200.000 tonnes)

 

Date limite d’autorisation d’exploitation  =  2021, sauf nouvelle dérogation après enquête publique

(Décision essentiellement politique).

 

NOS PRINCIPALES DEMANDES : ACTIONS IMMEDIATES 

 

-> La mise en place immédiate de mesures plus efficaces pour réduire significativement l’envol de poussières;

-> Le nettoyage des surfaces souillées (rouges) dans les zones d’impact (habitations, écoles, ..);

-> Mise en sécurité des vallons comblés par des boues rouges;

-> L'assurance de pouvoir utiliser les collines de Bouc Bel Air à des fins récréatives (running, VTT, rando, etc..) en toute sécurité.

NOS PRINCIPALES DEMANDES : ETUDES DES RISQUES

 

La réalisation d’une Étude Quantitative des Risques Sanitaires détaillée par l’ANSES prenant en compte:

-> Tous les scénarios d’exposition possibles;

-> L’inhalation de poussières en suspension dans l’air ambiant (PM10 et PM 2,5) mesurées par AIRPACA sur une année complète;

-> La prise en compte des enfants comme cibles potentielles dans les écoles et crèches du voisinage avec une durée d’exposition potentielle de 18 ans au minimum (70 ans pour les adultes);

-> L’impact potentiel sur les eaux souterraines, de surface locales (la Luynes) et les eaux de ruissellement.

TACTIQUE DES ACTIONS :

 

-> Intervention en Comité de Suivi de Site (CSS)  “Terre”

->Différents entretiens de sensibilisation au problème et demandes concrètes d’amélioration et d’accélération:

    - Maire de Bouc Bel Air;

    - Préfet, Sous-Préfet;

    - Directeur du Site.

->Tierce Expertise des études environnementales (BRGM, AIRPACA, ANSES, ..) et des études de risques (ARS, CIRE (PACA), etc…)

->Mobilisation du Public: marches citoyennes et information des autres associations

->Visite de Site (contradictoire) organisée par l’industriel

QUELQUES AVANCÉES OBTENUES :

 

 

-> Plus d’écoute à la CSS et en sous commission Terre; possibilité de faire entendre nos experts;

-> Dialogue technique avec la DREAL et AIR PACA sur étude de risques en cours;

-> Une étude sanitaire va être réalisée; dialogue avec les instances sanitaires sur le type d’étude à réaliser;

-> Engagement de la Mairie de voter en conseil municipal une délibération contre la poursuite du stockage après 2021 (consultatif);

-> Engagement de la Mairie d’élargir les commissions de riverains (inscrivez-vous!);

-> Demande du Préfet à la DREAL de justifier le montant des provisions prises par Alteo pour la remise en état du site; expertise envisagée en cas de doute;

-> Réparation suite  aux envols de poussière en avril 2018;

-> Médiatisation de nos actions.

Pour aller plus loin : Documents

-> La Décharge de Mange Garri

-> 

BOUES ROUGES : HISTORIQUE ET CONTEXTE ACTUEL

Historique

 

La période initiale

De 1900 à 1966, les résidus de bauxite ont été déversés à Mange Garri par voie téléphérique, puis par tuyauterie (partie solide et partie liquide très agressive).

 

La période des rejets en mer

De 1966 à décembre 2015, les boues rouges ont été déversées dans la mer, au large de Cassis dans la fosse de Cassidaigne, décharge invisible ! (30 millions de tonnes ?). Malgré 60 années, le dépôt de déchets à Mange Garri a conservé toute sa dangerosité due à une très forte concentration en soude et en métaux lourds.

 

La période actuelle

Depuis janvier 2016, les déchets solides sont déposés à Mange Garri et les effluents liquides sont toujours déversés en mer.

 

Ces déchets ont été baptisés du joli nom de « bauxaline ».

 

DSC04140.JPG
IMG_9976 - Copie_redimensionner - Copie.